Chercheur·e du réseau


Faculté des sciences de l'éducation
Monique Lebrun
Professeur·e
Université du Québec à Montréal (UQÀM)
Faculté des sciences de l'éducation
Département de didactique des langues
Intérêts de recherche
  • Littératie médiatique multimodale
  • lecture et écriture en contexte numérique
  • manuels numériques
Présentation de l'expert·e 

Monique Lebrun est professeure émérite au département de didactique des langues. Elle est co-fondatrice du Groupe de recherche en Littératie Médiatique Multimodale, et membre, depuis 2017, de la Chaire de recherche UQAM en Littératie Médiatique Multimodale. Elle est également rédactrice en chef de la revue électronique de recherche R2LMM (r2lmm.ca) qui rassemble toutes les disciplines s’intéressant à la multimodalité.

Les travaux de recherche de Monique Lebrun ont couvert tous les champs de la didactique, soit l’oral, l’écrit, la grammaire, et la lecture (son terrain de prédilection). Depuis 2008, ses intérêts de recherche portent également sur la littératie médiatique multimodale, la lecture et l’écriture en contexte numérique, ainsi que sur les manuels numériques. Elle a été bénéficiaire de plusieurs subventions de recherche d’organismes fédéraux, provinciaux et internationaux, de 1983 à ce jour.

Outre ses travaux généraux sur la didactique du français, Monique Lebrun a également publié de nombreux articles et un ouvrage collectif sur la littératie médiatique multimodale. Ceux-ci touchent des aspects très diversifiés de l’enseignement de la langue en regard du numérique tels que l’écriture transmédiatique dans le processus d’appropriation d’univers narratifs, la diversité des genres narratifs exploités par les adolescents, la lecture des textes littéraires à l’ère des humanités numériques, les enjeux épistémologiques et pragmatiques de la littératie médiatique multimodale, la formation des élèves à l’écriture numérique, le développement des compétences en littératie médiatique des adolescents via l’analyse des stéréotypes dans les médias, ou encore le manuel scolaire numérique en enseignement du français.

En juillet 2000, Monique Lebrun a été nommée Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres de la République française en récompense pour ses travaux et son implication en didactique du français. 

Informations générales
Numéro de téléphone : 
(514) 987-3000 x3879
Numéro de local : 
N-3260
Principales réalisations
Recherche documentaire sur la compétence à écrire au XXIe siècle

Rédaction d'un rapport sur les compétences et les stratégies d'enseignement-apprentissage de l'éxcriture numérique en contexte scolaire (260 pages) Co-auteure: NATHALIE LACELLE

  • Le rapport touche les points suivants:
  • Les processus d'écriture numérique
  • Les compéternces informationnelles et l'écriture
  • Les genres de discours et le numérique
  • La textualité des écrits numériques
  • L'évaluation de l'écriture numérique
  • Les outils numériques d'édition, de correction et de collaboration

 

(Contrat avec le MEES, 2015-2016)

La littératie visuelle, genèse, défense et illustration

Lebrun, M. (2015), La littératie visuelle, genèse, défense et illustration. Dans J.F. Boutin et V. Hamel (éds), Littératie illustrée, enseignement et apprentissage. Revue de recherche en littératie médiatique multimodale.

La littératie visuelle est un concept nouveau, qui vient enrichir celui, mieux connu, de littératie médiatique multimodale. À l'heure où Internet submerge divers publics d'images de toutes sortes, il convient de se demander comment l'école peut contribuer au développement d'une littératie visuelle qui rende l'usager à la fois actif et critique. L'article se penche sur la nature des images et leur lecture afin de mieux définir cette nouvelle littératie visuelle, qui doit beaucoup, entre autres, au courant des multilittératies. Il traite également de la pertinence de la littératie visuelle à l'école  et analyse quelques exemples de projets inspirants dans le domaine. 

L'image a un lien incontestable avec le souvenir, le rêve, le jeu, l'enfance. Nos premiers pas en littératie ont été faits par le biais de l'image, (ou du moins visuellement) puisque le code écrit nous était inaccessible. Nous nous sommes socialisés par l'image, celle de nos albums, de la télévision, et avons développé grâce à elle nos capacités affectives. Lorsque l'heure de la rentrée scolaire a sonné, nous avons eu accès à d'autres sortes d'images, celles de nos manuels de toutes sortes. Nous avons appris, grâce aux méthodes de lecture qu'un message se déchiffre de façon linéaire, de gauche à droite, alors que, jusque-là, nous appréhendions les images dans un ordre libre, en fonction de notre subjectivité. De l'image à la lettre, quel saut, qui n'est pas sans rappeler cette différence entre les écritures idéographiques et symboliques: toute écriture était à l'origine formée de dessins et certaines s'en sont graduellement distancées plus que d'autres.

Avant l'ère électronique, l'école entretenait avec l'image des rapports ambigus, selon Ardon (2002), ne la voyant parfois que comme simple auxiliaire de l'enseignant, et parfois comme objet de réflexion et d'apprentissage. L'école des années 2000 a résolument remis de l'avant l'importance de l'image, ou mieux, d'un langage iconique à décoder et encoder selon des normes qui doivent tant à la tradition qu'à l'émergence des nouvelles technologies numériques. L'étude de l'image n'est plus uniquement cantonnée  aux cours d'arts plastiques ou d'histoire de l'art. Tranquillement, elle migre vers ce que les Anglo-Saxons appellent les «arts langagiers», traduction un peu trop littérale de language arts, et qui réunit l'étude de tous les langages, qu'ils soient verbaux, visuels, auditifs et autres.

Dans ce texte qui se veut une introduction au  1er colloque international du LIMIER, je traiterai dans l'ordre : 1) de la nature des images et de leur lecture ; 2) de la naissance, de la définition et des paramètres de la littératie visuelle (LITV); 3) des liens entre la littératie visuelle et les multilittératies; 4) des raisons pour lesquelles la littératie visuelle est nécessaire à l'école; 5) de perspectives pragmatiques en littératie visuelle.

Former des enseignants de français pour les nouvelles humanités numériques: enjeux épistémologiques et empiriques

Lebrun, M. (2015). Former des enseignants de français pour les nouvelles humanités numériques: enjeux épistémologiques et empiriques, Tréma, no 43, 69-78.

Les humanités numériques issues de l'essor des nouvelles technologies, entre autres de l'apparition de l'Internet, ont stimulé la croissance de la littératie médiatique multimodale, qui se décline en pratiques extra-scolaires et scolaires. L'article décrit les fondements épistémologiques et empiriques de cette nouvelle littératie et donne quelques exemples de son application à la formation des futurs enseignants de français, plus particulièrement en suivant le modèle TPACK de Koehler et Mishra.

Lebrun, M. et N. Lacelle et J.-F. Boutin (2012). Genèse et essor du concept de littératie médiatique multimodale

Lebrun, M. et N. Lacelle et J.-F. Boutin (2012). Genèse et essor du concept de littératie médiatique multimodale. Mémoires du livre / Studies in Book Culture, vol 3 no 2,  Eli MacLaren (éd.), Numéro spécial « Nouvelles recherches en histoire de la lecture  »/  “New Studies in the History of Reading ».

La multiplication des canaux de diffusion des textes depuis deux décennies oblige à repenser l’idée même de la lecture. Aujourd’hui, les supports numériques deviennent l’outil de prédilection d’un nombre grandissant de lecteurs et orientent nécessairement leurs modes et conditions de lecture. Ces derniers sont devenus un objet de recherche multidisciplinaire à part entière autour de la notion clé de littératie médiatique multimodale. Celle-ci rend compte du changement non seulement des médias un à un, mais de tout un environnement médiatique qui intègre l'imprimé, l'audiovisuel, la téléphonie et l'ordinateur. L’article décrit la genèse de la littératie médiatique multimodale, particulièrement dans le contexte scolaire, et en analyse les paradigmes épistémologiques et empiriques afin d’actualiser la compréhension de la lecture. Il défend une conception selon laquelle la littératie classique doit désormais cohabiter et évoluer avec la littératie médiatique multimodale afin d’élargir les notions mêmes de texte et de lecture.

La littératie médiatique multimodale. De nouvelles approches en lecture-écriture à l’école et hors de l’école

Lebrun,M.,  N. Lacelle et J.-F. Boutin (éds.) (2012). La littératie médiatique multimodale. De nouvelles approches en lecture-écriture à l’école et hors de l’école . Québec : Presses de l’Université du Québec (PUQ).

Affiliations