Chercheur·e du réseau


Faculté de communication
Giulia Anichini
Post-doctorant.e
Université du Québec à Montréal (UQÀM)
Faculté de communication
Département de communication sociale et publique
Intérêts de recherche
  • Analyse des pratiques dans la recherche en neurosciences
  • Analyse de l'utilisation des bases de données
  • Sciences
  • Technologies et société
Informations générales
Direction de recherche : 
Florence Millerand
Inscription au programme : 
2017
Principales réalisations
Le côté « obscur » de la science. L’occultation de la connaissance dans le travail des neuroscientifiques

Une réflexion riche et diversifiée s’instaure depuis quelques années autour de l’ignorance et de sa production dans les sciences. Les sociologues et les anthropologues ont proposé différentes définitions pour délimiter ce vaste champ intellectuel et pour démontrer comment les acteurs jouent activement avec l’incertitude. Cet article se concentre sur un type particulier d’ignorance, à savoir la dissimulation intentionnelle de données, dans le domaine des neurosciences. Les chercheurs observés occultent certains dysfonctionnements techniques et expriment les difficultés à rendre publiques des données discordantes ou contradictoires. La disparition de certaines découvertes considérées comme « non publiables », démontre d’un côté les stratégies que les chercheurs doivent mettre en place pour assurer leur position et, de l’autre côté, l’écart de celles-ci vis-à-vis des idéaux scientifiques de transparence et de mutualisation des connaissances.

Quand c’est la science qui bricole, c’est du sérieux. Bricolage d’objets et d’images dans le domaine des neurosciences

Loin d’être une pratique accessoire à la production de la connaissance scientifique, le bricolage affecte tous les niveaux du travail quotidien du chercheur, de l’ingénieur, du technicien. L’analyse des observations relatées par les sociologues des sciences et celle des données issues d’une enquête personnelle réalisée au sein d’un centre IRM (Imagerie par Résonance Magnétique) ont abouti à la reconnaissance de deux types de bricolage qui ont été établis sur la base de leur impact sur le produit final, d’après le type de contrainte qui les justifie et selon les techniques d’occultation auxquelles les acteurs ont fait appel pour les dissimuler.

Overview of Research Related to Science in Society in Europe

We have carried out a cross-sectional analysis of the information on research in the science in society (SiS) field collected by the Monitoring Policy and Research Activities on Science in Society in Europe (MASIS) project. Based on the reports set up by national correspondents in the different countries, we were able to provide a picture of the type of research being carried out in Europe under national funding. It has provided a new picture, bringing in countries that do not often appear in the mainstream literature. A typology of countries has been set up according to their activity in the area and a description of research topics is provided. A number of integrated projects, sometimes cross-national, that examine a topic from different angles appear to be particularly promising. Most available information concerned dedicated SiS research projects. Very little information was available on SiS research 'embedded' in projects centred on other 'hard-science' topics.

Affiliations