Chercheur·e du réseau


École des sciences de la gestion
Alejandro Romero
Professeur·e
Université du Québec à Montréal (UQÀM)
École des sciences de la gestion
Département de management et technologie
Intérêts de recherche
  • Citoyenneté numérique
  • Ville intelligente
  • Ergonomie web
Présentation de l'expert·e 

Alejandro Romero-Torres est professeur au département de management et technologie de l’École des sciences de la gestion de l’UQAM. Il collabore comme chercheur associé à la Chaire en gestion de projets de l’UQAM, à l’Institut universitaire du centre de réhabilitation en déficience intellectuelle et en troubles en développement (CRDITED), au Centre interuniversitaire de recherche et analyse des organisations (CIRANO), au Centre de gestion technoclinique (UQTR) et au groupe de recherche pour l’inclusion numérique (UQAM, UQTR, UQO).

Ses intérêts de recherche concernent la citoyenneté numérique, la ville intelligente et la gestion de projets technologiques. Alejandro Romero-Torres travaille notamment sur l’adoption et la diffusion des innovations technologiques, l’accessibilité numérique, l’utilisateur final dans le développement de systèmes technologiques, la participation des citoyens dans les villes numériques, ainsi que sur les transformations des organisations vers le numérique.

Les recherches d’Alejandro Romero-Torres montrent l’immense potentiel que recèle l’accessibilité numérique, que ce soit pour encourager l’autonomie des personnes présentant une limitation cognitive (ainés, déficience intellectuelle, trisomie), ou encore pour favoriser le pouvoir d’agir et la participation citoyenne égalitaire. Également, Alejandro Romero-Torres contribue à la littérature sur la transformation numérique des organisations, ayant comme terrain d’étude la gestion de médicaments dans l’industrie pharmaceutique et les centres hospitaliers.

Informations générales
Numéro de téléphone : 
(514) 710-2886
Numéro de local : 
DS3819
Principales réalisations
Engrenage de l'accessibilité numérique

L’inclusion numérique des personnes qui présentent une déficience intellectuelle n’est pas gagnée. Le monde du virtuel et les technologies pour y prendre part comportent plusieurs défis. L'engrenage démontre comment les ressources des personnes et de leur entourage sont sollicitées pour rencontrer les exigences de la participation à la société du numérique.

Baromètre d'accessibilité et d'utilisabilité des services numérique de la ville intelligente

La ville intelligente et numérique (VIN) s’inscrit dans la foulée des résultats de plusieurs études démontrant l’influence des technologies numériques sur le pouvoir d’agir des personnes et sur la participation citoyenne égalitaire. Toutefois, les services numériques s’avèrent parfois difficiles à utiliser ou complexes à comprendre pour ceux à qui ils sont destinés. Dans un contexte où 53 % de la population du Québec a des compétences réduites en littératie et/ou vit une situation de handicap, il est essentiel de se pencher sur la notion d’accessibilité.

L’objectif de ce projet est de développer un outil d’évaluation de l’accessibilité et de l’utilisabilité des services numériques développés dans le cadre de l’initiative « Montréal, ville intelligente et numérique » en utilisant les critères identifiés dans la littérature. Par le fait même, ce projet permettra de répondre aux questions suivantes : quels sont les critères d’accessibilité et d’utilisabilité numérique à prendre en compte dans ce contexte? Y a-t-il des critères qui se superposent ? Doit-on élaborer de nouveaux critères afin de mieux capter la complexité et spécificité des services numériques de la VIN?

Évaluation des stratégies pour la traçabilité des médicaments

Si un consensus existe quant aux bienfaits des médicaments sur la santé, la gestion des médicaments n’est pas nécessairement optimale et différents enjeux et problèmes peuvent être identifiés. Les systèmes d’identification et de suivi des médicaments sont considérés comme la stratégie privilégiée pour assurer une gestion plus optimale des médicaments et contrer les problèmes et les enjeux mentionnés précédemment. Cependant, il existe une compétition entre deux porteurs de données nécessaires pour ces systèmes, soit les codes-barres, technologie mature et bien établie depuis plusieurs décennies (ancien régime technologique) et RFID (Radio Frequence Identification), technologie émergente et considérée par certains comme disruptive (nouveau régime technologique).

Le passage d’un régime technologique à un autre est qualifié de chaotique, est caractérisé par des niveaux d’incertitudes élevés et correspond à une ère de fermentation (era of ferment) ou « interrègne ». Or, cette ère de fermentation qui donne naissance au design dominant reste très peu explorée dans la littérature.

Projet TASA

En 2016, le regroupement pour la Trisomie 21 (RT21), en partenariat avec le Centre de ressources éducatives et pédagogiques, a conçu un programme La technologie au service de l’autonomie (TASA) qui vise la participation sociale soutenue par des TIC pour les personnes ayant la trisomie 21, chaque participant ayant accès à un téléphone intelligent ou à une tablette numérique. En septembre 2017, une 2e cohorte sera constituée et suivra pendant toute une année une formation personnalisée, fournie par un formateur spécialisé, pour interagir avec de différents services numériques fournis par la ville de Montréal. 

Plusieurs chercheurs recommandent que les personnes ayant une déficience intellectuelle doivent constituer le groupe de référence pour analyser l’adoption des TIC par les utilisateurs finaux au même titre que les personnes en fauteuil roulant représentent le groupe de référence lorsqu’il est question d’aménager l’accessibilité aux immeubles. Leurs limites cognitives sont en lien avec la mémoire, la planification, la résolution de problèmes. Ces lacunes peuvent aussi trouver écho chez les personnes âgées en perte d’autonomie ou les personnes présentant des troubles cognitifs comme des traumatismes crânio-cérébral.