Nouvelle

Dans les médias
Date (s) : 27 septembre 2019
Informations :

Des chercheurs amorcent une première étude sur le traitement de l'aversion sexuelle. Photo: Getty Images

 

Thérapie sexuelle en réalité virtuelle

Depuis une vingtaine d'années, la réalité virtuelle a fait ses preuves dans le traitement des troubles anxieux, des troubles alimentaires et des douleurs aiguës, avec des percées concernant la dépression et même certains symptômes de la schizophrénie. En ce qui concerne les dysfonctions sexuelles, toutefois, mis à part une série d'études italiennes à la fin des années 1990, peu de chercheurs s’y sont intéressés, souligne le professeur du Département de sexologie David Lafortune (Ph.D. psychologie, 2016), qui a publié un article sur la question en juillet dernier dans le Journal of Sex & Marital Therapy. «Ce sont pourtant des troubles beaucoup plus fréquents que les troubles anxieux, note le chercheur. On estime qu'environ deux femmes sur cinq et un homme sur cinq souffrent de dysfonction sexuelle, tandis que moins d'une personne sur dix souffre d'un trouble anxieux au Canada. Et ce sont des statistiques conservatrices, car elles reflètent uniquement la proportion de personnes qui osent déclarer souffrir de difficultés sexuelles.»

Plus d'information

Membre·s lié·s à cette nouvelle 

Chercheur·e du réseau

David Lafortune

Faculté des sciences humaines