Nouvelle

École d’été
Date (s) : 26 juin 2018 - 9:00 / 28 juin 2018 - 17:00
Informations :

DS-R515 et DS-R525
Inscription et informations : comsante.uqam.ca

Programmation détaillée

École d’été | S’informer dans un monde de fausses informations : produire et interpréter des contenus dans le nouvel écosystème informationnel

Fausses nouvelles, faits alternatifs, complot, post-vérité, on ne compte plus les dénominations employées pour rendre compte des phénomènes actuels de diffusion de contenus aux valeurs informationnelles extrêmement diversifiées (Tandoc, Lim et Ling, 2017). Cette inflation sémantique témoigne bien de la difficulté pour les analystes de cerner et de comprendre l’écosystème informationnel contemporain (Jouët et Rieffel, 2013), dans un monde marqué par l’incertitude et la difficulté à maintenir la confiance aux différents niveaux de la société (Laufer et Orillard, 2000).

Le sujet est majeur, préoccupant non seulement les producteurs traditionnels de contenus informationnels mais aussi les nouveaux producteurs, les institutions publiques comme privées et bien entendu les scientifiques (Edelman, 2017, 2018). De nombreuses initiatives de vérification des faits se sont mises en place, mais elles s’avèrent souvent problématiques (Bigot, 2018) pour au moins deux raisons. La première concerne l’autorité proposant ce type de vérification : issues des experts traditionnels, ces tentatives de rétablissement de représentations partagées se heurtent aux nombreux cas où ce sont justement ces expertises qui ne se voient plus accorder de confiance (Badouard et Mabi, 2015a; Coutant, 2014). À quoi bon héberger une rubrique décortiquant les représentations circulant autour de la santé, lorsque c’est l’institution journalistique qui l’émet qui provoque de la défiance parmi les publics? La seconde porte sur la difficulté de statuer sur la vérité de nombreux contenus. S’il est envisageable de contrôler la factualité de certaines informations, une grande partie des phénomènes regroupés sous l’appellation de fausses informations relève davantage de controverses dont aucun consensus n’émerge, de conflits d’interprétation, de valeurs ou de représentation qui ne se laissent pas aussi facilement catégoriser dans les registres du vrai et du faux (Badouard et Mabi, 2015b; Origgi, 2006).

 

Membre·s lié·s à cette nouvelle 

Chercheur·e du réseau

Simon Collin

Faculté des sciences de l'éducation

Chercheur·e du réseau

Florence Millerand

Faculté de communication

Chercheur·e du réseau

Alexandre Coutant

Faculté de communication

Chercheur·e du réseau

Jean-Hugues Roy

Faculté de communication