Nouvelle

Conférence
Date (s) : 13 octobre 2017 - 9:30 / 12:30
Lieu: J-2625 (UQAM), DKN-3244 (Université Laval), C-1305 (UQO)
Approches féministes: médias et genre

Séminaire de l'axe 4, Épistémologie critiques en culture et en communication, sur approches féministes - médias et genre.

À cette occasion, nous sommes heureux d'accueillir: 

Discutante: Lisiane Lomazzi, étudiante au doctorat en communication à l'UQAM (http://www.cricis.uqam.ca/lisiane-lomazzi/)

RÉSUMÉ DES COMMUNICATIONS 

Caroline Caron: Sexisme, misogynie et antiféminisme en ligne : état des lieux d’un champ de recherche critique en communication

Les incivilités en ligne sont reconnues dans le sens commun comme un phénomène de société préoccupant qu’un pan de recherche en communication a saisi à travers l’étude des interactions sociales médiatisée par la technologie. La dimension sexuée des comportements hostiles et antisociaux que ces incivilités exprime est toutefois moins connue et comprise au plan de la recherche, même si la dénonciation du sexisme, de la misogynie et de l’antiféminisme est de plus en plus médiatisée et admise comme une critique sociale légitime. Cette présentation va offrir un bref aperçu synthétique de la recherche féministe en communication qui a investi cette problématique de la domination sexuée dans les espaces publics numériques. Il s’agira de mettre en exergue quelques travaux particulièrement innovateurs et féconds pour dégager certains enjeux épistémologiques, conceptuels, méthodologiques et éthiques assez pressants.

Références:

Josette Brun: « Briser le mur du silence » : l’émotion comme subversion des normes professionnelles genrées en journalisme au Québec en 1981

Cette communication propose une analyse du bilan dressé en 1981 par le comité des femmes de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec à la suite du colloque « Les femmes et l’information », un événement fort en émotions visant à « briser le mur du silence » sur les discriminations sexuées dans ce milieu professionnel et la marginalisation des femmes dans les contenus journalistiques. Deux constats principaux se dégagent de ce bilan. D’abord, le moment d’échange privilégié et partagé entre femmes qu’aurait constitué le colloque, que nous mettons en lien avec la démarche du « consciousness-raising » chère au féminisme d’alors, et avec la notion de « refuge émotionnel », qui permet à un groupe donné d’échapper aux contraintes des normes sociales dominantes en termes d’affectivité. Ici, il s’agit de la dénonciation des injustices à l’égard des femmes en journalisme, qui crée notamment chez elles un vif sentiment de marginalisation et de culpabilité. Ensuite, il est l’expression d’un douloureux entrecroisement des identités « femme », « journaliste » et « féministe », qui illustre la coexistence et les tensions entre différentes « communautés émotionnelles » auxquelles appartiennent les participantes du colloque. Le processus affectif que constitue cette démarche du comité des femmes de la FPJQ, analysé dans l’esprit du genre en histoire, permet de considérer l’émotion comme un lieu de lutte de pouvoir autour du sens à donner au féminin et au masculin. »

Références:

  • Josette Brun, « Dynamiques de genre dans les médias, en publicité et en relations publiques : création et subversion d’un rapport de pouvoir », La communication publique et ses pratiques à l'ère numérique, sous la direction de Florence Piron et Jean Charron, Presses de l’Université de Montréal (à paraître en 2017).
  • Josette Brun (2012), co-auteure Laurie Laplanche, « Rendre le privé politique à la télévision de Radio-Canada : Femme d’aujourd’hui et le féminisme au Québec (1965-1982) » in D. Monière et F. Sauvageau (dir.), La télévision de Radio-Canada et l’évolution de la conscience politique au Québec, Québec : Presses de l’Université Laval, p. 57-71.

L'événement est ouvert à toutes et à tous. Josette Brun interviendra depuis Montréal, Caroline Caron depuis l'UQO.